François Delisle commerçant, échevin



L’Histoire ne se souvient pas de François Delisle, mon arrière grand-père, comme le fondateur d’une longue lignée de descendants ou comme un grand défricheur des débuts de la colonie.

Il se signale plutôt par l’abondance de documentation qu’on trouve à son sujet dans les archives. Arrivé à Québec au milieu du XIXe siècle, épicier dans ce qui s’appelle maintenant le quartier Montcalm, il a été échevin au conseil municipal, membre de la Société Saint-Jean-Baptiste, parrain des cloches de l’église Saint-Jean-Baptiste et aurait spéculé sur des terrains dans l’espoir que la gare centrale de Québec soit construite au Marché Champlain. François s’est aussi battu avec des voleurs qu’il avait poursuivis dans la rue après s’être fait dévaliser...une boîte de biscuits.

François est mort à près de 90 ans, trois fois veuf, travaillant encore à l’épicerie reprise par son fils François. Son parcours a été salué plusieurs fois dans les journaux de l’époque où la chronique le décrit doué de toutes les vertus, comme le veut le style de l’époque.

Son épicerie a été démolie en 1962 pour faire place au Boulevard Saint-Cyrille, devenu ensuite René-Lévesque.

Acte de baptême
Acte de mariage
Acte de mariage
Acte de mariage
Recensement 1851
Vol à l’Épicerie
Vol à l’Épicerie (autre version)
Francois Delisle, échevin
Achat de terrains
Recensement 1911
Épicerie en 1915
Publicité en 1915
Décennat de la Paroisse Saint-Coeur-de-Marie
Publicité en 1924
Le Doyen des Épiciers de la Province
Avis de décès
Article au décès de François
Acte d’inhumation
Démolition de l’épicerie